vendredi 20 juillet 2012

Communauté coercitive contre communauté libre : le vrai débat aux USA.



Obama a de nouveau créé la polémique quand il a considéré que " si vous dirigez une affaire, vous ne l'avez pas crée de vous-même. Quelqu'un d'autres a rendu cela possible". Peu étonnant que ces propos aient suscité l’émoi, ce fut une attaque contre l'un des credos fondateurs des USA : l'esprit d'entreprise et le mérite personnel. Et il a étayé cette position en revenant sur cette rengaine des investissements de l'État,  dans l'éducation, la recherche ou les routes par exemple,qui  rendent possible ces multiples réussites entrepreunariales dont se vantent en tout égoïsme les patrons. En somme, gare entrepreneurs, tous les louanges de votre succès ne vous reviennent pas exclusivement, n'oubliez pas le reste de la société, n'ignorez pas toutes ces millions de petites mains anonymes qui ont contribué dans l'ombre à votre réussite. Si on prend un peu de recul, vous n'y êtes pour pas grand chose.


Un article du New-York Times considère ces propos comme la révélation de la vraie dichotomie, de nature philosophique, qui sous-tendrait la lutte entre les Républicains et les Démocrates pour la présidence des USA. Deux visions opposées de ce qui  serait à l'origine du succès des USA. L' initiative individuelle contre l'initiative collective (véhiculée bien évidemment pour cette dernière par  l'État ). Et c'est cette vision du monde qui serait en jeu pour ces présidentielles.

En fait cette attaque d'Obama remet sur le tapis les reproches trop souvent entendus contre les libéraux,  qui dans leur défense effrénée de l'individu oublieraient la communauté dans son ensemble, l’intérêt général et le bien commun. Ce serait une vision égoïste de la société, qui  appliquée à la lettre conduirait immanquablement au chaos. C'est le caractère anti-social du libéralisme qui le rend utopique et peu convaincant au final. Il oublierait que les hommes vivraient en société.

Pour remettre les pendules à l'heure, l'idéologie libérale, qui prône le principe de non-agression et le droit de propriété privée, a pour but ultime d'assurer la vie en société. C'est même l'idéologie sociale par excellence. En effet, car le simple fait de se poser la question de ce qu'un individu à le droit ou n'a pas le droit de faire à autrui,  question fondamentale du libéralisme, ne peut se poser que dans le cadre d'une société, où les individus veulent vivre ensemble. C'est un truisme ! La question  ne se pose pas pour Robinson Crusoe seul dans son île, la-bas nul questionnement éthique, uniquement des modalités pratiques à surmonter.

Prétendre que le libéralisme est antagonique avec la communauté, voire un déni de celle-ci, est un non sens, puisqu'elle tente justement de réduire les conflits entre ses membres et d'assurer leur coexistence pacifique. De permettre en sorte à la communauté d'exister.

Le principe de non-agression en est l'exemple patent. On imagine mal une vie en collectivité où l'agression entre individus serait encouragée (à l'exception de la légitime défense). Les droit de propriété privée ont pour but de déterminer objectivement qui à un droit exclusif quand à l'usage des biens dont on sait la quantité limitée sur notre monde, ce qui est source de conflit.

Le libre-échange, corollaire directe de cette théorie, encourage la division et la spécialisation du travail, qui permet ainsi à tout un chacun de collaborer dans la production des biens et des services. Il est indéniable qu'aujourd'hui aucune production se fait en autarcie mais est le produit d'innombrables échanges. En quoi cela serait-il anti-social ? Au contraire ce phénomène de coopération volontaire incite chacun à se lancer dans des lignes de productions utiles aux autres. Je dois répondre aux besoins des autres, et en échange les autres doivent répondre aux miens. Il va de soit que les réussites des uns dépendent largement des autres, mais en fait il faut plutôt parler d'un ensemble de réussites personnelles dont les intérêts s'accordent mutuellement. 

Que certains en tirent un mérite personnel ? C'est un droit que l'on ne peut pas dénier. D'ailleurs Obama ne va-t-il pas se vanter que grâce à son action, en tant que chef des USA, il prétend sauver le pays ? Et 
étant responsable devant le peuple, il portera la responsabilité de sa réussite ou de ses échecs. Après tout s'il échoue, va-t-il aussi accuser ce professeur du public qu'il a cité dans son discours ? Probablement pas. Alors pourquoi en serait-il autrement avec les entrepreneurs ?


Que les libéraux portent aux nues l'individualisme est une évidence. La question du droit ne se pose qu'entre individus. Les ensembles tels que les États, la nation, les entreprises, les associations, ne sont que des étiquettes pour désigner des modes de relations entre individus. Même s'ils semblent agir comme animés par une propre volonté, ils ne sont que le fruit d'un ensemble de volonté individuelle. Cela nous renvoie à la notion d'initiative individuelle décriée par Obama, l'expression est pléonastique. Il n'y a d'initiative que individuelle. 


Mais peut-être est-ce à dessein qu'il attaque cette idée ? Probablement pour éclipser l'individu aux dépends du groupe qui semble primer dans son idéologie holiste.


Alors maintenant que j'ai démontré que l'individualisme, défendu par les libéraux, est ontologiquement communautaire et collective au sens large du terme. Qu'elle est la véritable différence entre les Démocrates et les Républicains ? Qu'elle est, en reprenant la terminologie de Mao ( un collectiviste dans l'âme pour le coup) la contradiction secondaire qui se développe à l'ombre de la principale (entre individu et collectif dans ce cas) ? Puisque toute les deux idéologies prétendent au mieux organiser la société, c'est donc dans la façon de faire qu'elles se distinguent. 


Il ne faut pas oublier que ces contributions invisibles aux succès individuels qu'Obama a tant rappelées étaient toutes d'origine Étatique. L'organisation sociale par excellence fondée sur la coercition par son monopole de la violence. L’initiative individuelle tant vantée par les Républicains est privée et repose principalement sur le libre échange. 


Et voilà, nous touchons du doigt le point crucial ; c'est dans cette distinction fondamentale que se fonde réellement le débat, même si elle n'est pas apparente, entre une organisation sociale fondée sur la coercition et le groupe et celle fondée sur la libre-association et le primat de l'individu. Et c'est là que réside le vrai clash philosophique entre les deux partis, pour reprendre le titre de l'article du New-york times, et non pas entre individualisme et collectif.


Et même si Obama nuance son discours en n'oubliant pas les individus et leurs initiatives individuelles, c'est en vain qu'il tente de concilier les deux visions, car comme nous le rappelle Bastiat "il est deux principes qu'on ne saurait concilier: la Liberté et la Contrainte".




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire