lundi 14 mai 2012

Mais qui est Wolfgang Schäuble ?










L’élection de François Hollande a un mérite, elle nous en apprend plus sur la politique Outre-Rhin et ses figures éminentes qui la composent. Quelle belle ouverture sur le monde. Et tant mieux !

Car on y découvre quelques surprises, comme ce Wolfgang Schäuble, ministre des finances du gouvernement allemand, et qui semble à peine plus avenant qu'Angela Merkel. En effet il suit la même ligne d'orthodoxie budgétaire que sa patronne. Et il y a une raison à cela : son parcours personnel, qui le fit passer par l'Université de Fribourg-en-Brisgau. Et cela n'a rien d'anodin, car cette école est le siège de la pensée ordo-libérale, qui s'est développée durant l'entre-deux guerres et dont on dit qu'elle fut à l'origine du miracle allemand (terme inapproprié car cela relevait du bon sens). Elle fut portée par des personnalités telles que Walter EuckenFranz Böhm et Hans Grossmann-Doerth, mais aussi par  Wilhelm Röpke et Alexander Rüstow, et dont la revue ORDO a publié des articles de Milton Friedman Friedrich Hayek (qui a enseigné à Fribourg), Murray Rothbard et Jacques Rueff ; personnalités célèbres de l'école de Chicago ou autrichienne (à l'exception du français Jacques Rueff, libéral bien solitaire dans un monde de planistes).  

Mais attention, malgré son association au socialisme de marché, cette école ORDO, comme le dise les Allemands, et qui fait encore la part belle aux interventions d'État, serait qualifiée en France par tous les partis en vigueur d'ultra-libérale. Et dire qu'à quelques encablures de Strasbourg, se réunissait au nez et à la barbe de tous ces odieux personnages.

Plus admirable encore (ou plus inquiétant selon les points de vue), est le fait que ses tenants ont collaboré avec d'autres penseurs libéraux "plus authentiques", ce qui démontre une ouverture d'esprit, mais aussi une compréhension fine et subtile de la pensée libérale et des mécanismes du marché. 

Ce qui n'est pas rien, quand on compare le désert intellectuel qui règne en France dans les manuels d'économie où sont à peine mentionnés un Ludwig von Mises ou un Israel Kirzner, et bien sûr jamais un Murray Rothbard (Hayek et Friedman sont cités, mais en exemple de ce qu'il ne faut pas faire) . Et cela à un impact considérable sur la formation idéologique d'une élite destinée à prendre les reines du pouvoir, comme pour Wolfgang  Schäuble. Imprégné d'ordo-libéralisme, on comprend aisément pourquoi il ne donne aucun crédit aux plans de relance et considère l'assainissement budgétaire comme la seule voie du salut. Keynes n'est pas sa tasse de thé.

A l'opposé prenons le parcours de François Hollande, qui malgré un passage par HEC (et encore), à sans l'ombre d'un doute été imbibé des mantras hyperétatistes lors de son séjour à Science Po et à l'Ena, à une époque d'ailleurs, où être keynésien était être de droite (et c'est toujours le cas pour les melenchonistes). Et nous pouvons réaliser le gouffre idéologique qui sépare les deux hommes.  

Certes l'idéologie n'a plus le vent en poupe en cette époque de relativisme et de pragmatisme effréné, et elle tend à se corroder chez les hommes politiques à force de compromis et de sournoiseries. Il en est ainsi du marché politique qui sélectionne les plus roublards et les moins intègres d'entre nous.

Mais il en reste tout de même, malgré ces années de vicissitudes, des réflexes quasi archaïques qui font que nos deux hommes n'auront décidément pas la même vision du monde, et encore moins de l'Europe.

1 commentaire:

  1. J'aime beaucoup la doctrine de l'ordo-libéralisme : "le marché autant que possible, l'Etat autant que nécessaire".

    RépondreSupprimer