mercredi 15 juin 2011

La millénarisation des esprits













Ne sommes-nous pas fière de notre époque de progrès continu et en forfait illimité, qui ne connaîtra pas de fin tellement elle a pris de vitesse sur les rampes du progressisme total. Cette période se veut la digne héritière des Lumières d’antan ? Ces lumières astrales qui nous ont montré la voix du paradis sur terre. Où était-ce une multitude de lueurs provenant d’illuminés qui se croyaient Deux ex machina ? Aujourd’hui la science nous a offert la perspective de lendemain meilleur, elle nous gouverne et elle nous a sauvé de l’obscurantisme des âges passés et ténébreux.


Ce que nous affirmons est sans cesse et à tout moment marqué du sceau de la statistique, de l’expérimentalisme et du verificationisme. Les groupes d’experts ou les commissions tel des conciles de l'Église catholique, nous donnent leur avis sur tel ou tel sujet, et ils sont épaulés dans leur tâche sacré de nous dire quoi faire et quoi pas faire par les nouveaux serviteurs des temps modernes ; on peut citer la vaillante étude statistique, l’honnête expérience de laboratoire, l’implacable avis scientifiquement prouvé.


Parmi cette myriade de commissions, qui rayonnent tel une foisonnante bouffée de tentacules depuis ce léviathan qu’est l’État providence, une a cette particularité de pourchasser, devrais-je dire nous alerter sur les sectes millénaristes, dont les discours à l’approche de 2012 se font de plus en plus alarmiste. C'est la Millivude, au nom aussi énigmatique et ésotérique que les sectes qu'elles traquent.


Le millénarisme, croyance protéiforme qui n’a pas cessé de rebondir à travers les âges. Soyons claire sur elle ; interprétation de l’Apocalypse de Jean, condamné en 431 par le concile d'Ephese qui promet des temps futurs heureux et un combat final entre les forces du mal et du bien, bref de la graine d’inspiration révolutionnaire qui s’est dévoilé à travers les âges sous l’apparence des Flagellants, du Libre Esprit, du Taborisme, du jacobinisme, du socialisme, du communisme, du fascisme et de l’ecologisme.


La Millivude, cette commission, nous prévient des méfaits de ces sectes, mais ne devrait-elle pas ,pour être au paroxysme de son efficacité, nous alerter sur les dangers des millénarismes institutionnels ?


Je veux dire de ces groupes millénaristes qui officient ouvertement et qui bénéficient des subventions publiques.


Est-elle borgne pour ne voir que la face cachée de cette passion pour les temps nouveaux, toujours à venir et qui apporteront une félicitée joliment empaquetée ?


Ne voit-elle pas dans ces masses d’indignés qui se rassemblent et qui exigent un nouvel âge politique, un amas de millénaristes qui voit dans la crise les signes de l’Apocalypse et les futurs combats à venir ? Ne sont-ils pas les justes qui veulent épurer les vices de notre monde ? Mener cette lutte dont le final est sans cesse reporté.


L’écologie aujourd’hui porte le flambeau du millénarisme, mais avec une intelligence toute nouvelle, qui échappe à ces sectes old school. Elle nous promet l’apocalypse tantôt de l’ozone, tantôt du carbone, bientôt de la fin de la biodiversité. Les purs, les écolos vont nous protéger des impies, en rangs serrés tel des phalanges vertes, éoliennes dressées vers les cieux, panneaux solaires collés au corps.


Les politiques guettent toujours les signes de cet apocalypse qui leur promettra le statut si désiré de sauveur, ils épieront la crise économique pour nous réguler, donc combattre les marchés, véritable fourmilière satanique, ils profiteront de menaces étrangères, pour faire la guerre au mal, à son axe, aussi bien en dehors de nous qu’en nous.


La Halde, les associations de luttes anti-racistes, la haute autorité de santé, les groupes contre les violences de toute sorte, contre le sida et j’en passe, ces groupes millénaristes abondent dans notre société, pour sauver nos âmes, lutter contre le mal, nous débarrasser de nos impuretés, pénétrer nos esprits, pour fonder cette société si parfaite, à venir, toujours reportée, mais au seuil de notre existence. Elles luttent, elles luttent en ces temps d'apocalypse sociétal où il faut en finir avec les pêcheurs.


Tous en choeur ils nous préviennent et nous enjoignent à lutter, pour nos enfants....qui devront payer la dette contractée pour financer ces luttes bien coûteuses.


Oui, le millénarisme est préoccupant, il est parmi nous. Sous les oripeaux de la science il tente de charmer une fois de plus, encore une fois. Il profite de ce léger élan de rationalité qu’a connu nos sociétés pour emprunter son langage et nous piéger.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire