lundi 6 juillet 2009

La démocratie n'est pas la liberté

Soyons direct.

La démocratie n'est pas la liberté.

Je m'explique.

D'usage on aime à dire que quand il y a une restriction des libertés (d'aller et venir ou d'expression) on est plus en démocratie.

"Vous m'empêchez de m'exprimer!! On est en démocratie Monsieur! c'est mon droit!"

Dans cette affaire est apparu un glissement sémantique.

Dans le dictionnaire la définition de démocratie est la suivante:
"Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des citoyens".
Puis après on peut lire "Démocratie autoritaire, directe, libérale, parlementaire, représentative". Apparaissent des distinctions.


La démocratie définit un régime politique, c'est à dire la façon dont va s'organiser la société au travers d'un gouvernement, dont le pouvoir ou le contrôle sera entre les mains du peuple. Chacun participera aux prises de décisions du gouvernement.

Le mot démocratie vient de dêmos ; le peuple et de kratos ; le pouvoir. Le pouvoir au peuple.

Si on examine de plus prés ce concept, il devient vite vague et ambiguë.

C'est le peuple qui a le pouvoir, mais qu'est ce que le peuple ? Chacun des individus qui forme ce peuple ou la majorité ? une entité supra-individuelle (la somme de tous les individus qui formerait un nouvel individu, comme une conscience collective?).

Et ce peuple dispose du pouvoir. Mais sur qui ? Le pouvoir, par définition, s'exerce sur d'autres personnes. Le peuple exerce alors ce pouvoir sur lui-même.

Il s'ordonne lui même.

Le concept devient presque contradictoire. On n'a pas besoin de s'ordonner une chose que l'on veut faire volontairement.

Et la liberté ? En quoi donner le pouvoir au peuple protège la liberté ?

Donnons une définition de la liberté.
Celle de John Locke qui me plaît : "la liberté naturelle de l'homme consiste à n'être soumis à aucun pouvoir sur terre [...], à ne pas être soumis à la domination de quelque volonté" . Volonté c'est à dire d'autres êtres humains comme nous.


Ce n'est pas la liberté de faire ce que je veux. D'être libre des conditions de l'existence, d'être libre de ne pas me soumettre ou de me soumettre aux lois de Newton (libre de voler dans les airs), de ne pas manger ou de ne pas boire. Face aux lois de la nature nous ne sommes pas libres, et ce serait contradictoire, car nous en tant que homme nous sommes le produit de ces lois de la nature. Notre corps biologique existe par les propriétés même de ces lois .

La liberté est un rapport social. Elle n'existe qu'entre des individus.

La liberté c'est l'absence de coercition. Quand un individu X oppresse l'individu Y. Y n'est plus libre.

Ce qui implique que Y ne doit pas soumettre X à son tour. La seule règle est de respecter la liberté d'autrui.

Est ce que la démocratie protège la liberté ? C'est à dire est ce que donner le contrôle du gouvernement au peuple protège chaque individu qui compose ce peuple de ne pas être soumis par un autre individu de ce même peuple ?
La réponse, après ce que j'ai dit sur la démocratie, est évidement non.

Ou alors il faut que chaque membre du peuple soit totalement unanime sur tous les sujets, et en prenant le contrôle du gouvernement, ordonne des choses (sur chacun des individus de ce peuple) dont il est, à priori, d'accord de faire volontairement .

C'est un peu l'utopique contrat social de Rousseau.

En pratique dans la démocratie, c'est la majorité qui prend le pouvoir. Et si la majorité oppresse la minorité ? Les membres de cette minorité sont soumis à une coercition par d'autres individus, donc ils ne sont plus libres.

C'est ce qu'on appelle la tyrannie de la démocratie. Cet aspect de la démocratie fut vivement critiqué pendant la démocratie athénienne.

La démocratie peut être une tyrannie ! Comme un roi, un empereur, une caste de nobles, un Fuhrer, un Duce, un petit père des peuples etc...

La démocratie ne protège pas la liberté. Ce n'est pas parce que j'ai la légitimité du pouvoir que je peux réduire en esclavage des individus. Et même si dans mon programme électoral je projette de réduire en esclavage les Noirs et les Arabes ou les Boulangers, arrivé au pouvoir démocratiquement (comme on dit) , c'est à dire par l'assentiment d'une majorité, je n'ai pas le droit d'appliquer ce programme.

En gros un système qui assure véritablement la liberté est un système qui aurait assuré la protection des Juifs sous le gouvernement Nazi. Hitler n'aurait rien pu faire.

Benjamin Constant expliquait que pour assurer les libertés individuelles, il faut limiter le pouvoir du gouvernement, ou de l'Etat sur les individus. Même quand je prends les rênes du pouvoir il y a des choses que je ne peux pas faire.

Limiter les pouvoirs du gouvernement ce n'est pas uniquement s'assurer de la séparation des pouvoirs (le législatif, le judiciaire et l'exécutif). On ne fait que limiter les pouvoirs dans le gouvernement. Il faut aussi limiter les pouvoirs du gouvernement ou de l'Etat sur les individus. Limiter le champ d'action des gouvernements ou de l'Etat dans une série de domaines (comme dans la production des biens matériels).

C'est pour cela que l'on adjoint l'adjectif libéral au terme démocratie. Démocratie libérale.

Mais on pourrait imaginer une monarchie libérale, c'est à dire un roi ne pouvant pas réduire en esclavagisme chaque membre de son peuple.

Car le libéralisme s'attache à protéger toutes les minorités face à la domination de la majorité, et la plus petite des minorités, celle qui est irréductible, est l'individu.








1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

    Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

    La Page No-13: LIBERTÉ TOTALE !

    C'EST MATHÉMATIQUE ?

    Cordialement

    Clovis Simard

    RépondreSupprimer