jeudi 9 juillet 2009

L'éthique du capitalisme

Je m'attaque à un gros morceau.

Surtout en ces temps de crise où le capitalisme s'en prend plein la gueule.

Ben oui, nous sommes en pleine crise de l'ultralibéralisme, l'argent-roi est devenu fou et nous a précipité dans le mur!!

Le capitalisme qui ne consiste qu'a amasser, amasser, A-MA-SSER de l'argent sans se soucier d'autrui, nous a jeté dans cette situation dramatique.

On le savait!! C'est évident, cette doctrine de l'égoïsme est anti-social, comment la tribu France pourrait en survivre!

Je vais faire dans la provoc'.

"Ceux qui prônent le capitalisme de laissez-faire sont les seuls défenseurs des droits de l'homme".
Cette citation de Ayn Rand a de quoi en choqué plus d'un dans notre cher pays.

Elle explique que le capitalisme et sa défense sont les seuls moyens d'assurer les Droits de l'homme.

Défendre le capitalisme ce n'est pas défendre un système qui assure la prospérité d'un pays et la création de richesse. Non, défendre le capitalisme; c'est défendre des valeurs morales et éthiques.

En assurant l'existence du capitalisme on assure le respect et la dignité de chaque être humain.

C'est de la provoc' ultime!

Définition du capitalisme dans Lexilogos: "Système économique caractérisé par la concentration de gros capitaux en vue de promouvoir la production et les échanges commerciaux".

ou

"Système économique et social qui se caractérise par la propriété privée des moyens de production et d'échange et par la recherche du profit".

Dans le Larousse.fr :"Système de production dont les fondements sont l'entreprise privée et la liberté du marché".

ou

"Statut juridique d'une société humaine caractérisée par la propriété privée des moyens de production et leur mise en œuvre par des travailleurs qui n'en sont pas propriétaires"

Il n'y est fait mention d'aucune justification morale de l'existence du capitalisme.

On parle d'un système de production des biens, un systeme reposant sur la propriété privée et le libre échange.

Ayn Rand se plaignait que l'absence de justifications morales ou éthiques de l'existence du capitalisme désarmait ses défenseurs. Ces derniers ne justifiaient la nécessité du capitalisme que par sa capacité à créer le plus de richesse pour tout le monde, malgré ses inégalités sociales. Il est le moins pire des systèmes. Tant qu'on a pas trouvé mieux, on l'utilise.

Mesdames et Messieurs je vais tenter aussi (en reprennant Ayn Rand) de donner une justification morale au capitalisme.

En fait je vais démontrer que l'application stricto-sensu des régles de morales entrainent automatiquement le capitalisme.

Soyons simple.

Reprenons depuis le début.

Les bases de la morale c'est une partie des dix commandements.

Tu ne tueras point.

Tu ne voleras point.

C'est respecter autrui.

Tuer c'est mal, on le sait (et on peut l'expliquer objectivement).

Voler c'est dérober le bien d'autrui, il ne peut plus en disposer comme il le souhaite.
Un esclave c'est quelqu'un qui ne profite pas du fruit de son travail. Le fruit de ce travail est à la disposition de son maître. C'est comme le vol.

Quand on vous vol ou quand vous êtes l'esclave d'autrui, vous êtes l'objet d'une coercition donc vous n'êtes plus libre.

Cela rejoint la définition de la liberté, celle de John Locke " la liberté naturelle de l'homme consiste à n'être soumis à aucun pouvoir sur terre [...], à ne pas être soumis à la domination de quelque volonté"

Etre libre c'est ne pas être soumis ou réduit en esclavage.

C'est très concret, et ne pas voler autrui c'est ce qu'on appelle respecter le Droit de propriété privée. C'est respecter l'individu existant sur terre.

Dans la vie de tous les jours on ne rentre pas comme on veut chez le voisin, on n'utilise pas sa télé, ni sa machine à laver ou son lave vaisselle sans son autorisation. Si on le faisait, l'autre n'existerait plus dans un certain sens. Si je prends sa voiture quand lui en a besoin, on réduit à néant ses projets, ses envies, ses désirs. Une part de lui, qui le définit lui, comme individu unique, est détruite.

Pour que l'autre existe vraiment sur terre, on respecte sa propriété privée. Aujourd'hui dans nos sociétés, on respecte cette règle, on ne vole pas autrui, c'est un impératif que l'on se donne ( quoique on le fait par l'intermédiaire de l'État).

Observez qu'avant d'exterminer les Juifs, les Nazi se sont emparés de leurs biens, en parallèle les Communistes en Pologne ont exproprié les élites du pays avant de les exécuter à Katyn. Quand on viole le droit de propriété d'autrui on a déjà un pied sur le champ d'exécution.

Respecter le droit de propriété privée c'est ne pas voler. Mais alors comment obtenir le fruit du travail d'autrui autrement que par la force?

C'est simple, par le libre échange. La coopération volontaire. Le libre commerce. Soit je donne mon bien, soit je l'échange contre un autre bien (ou de l'argent).


Remarquez alors qu'en ne tuant point ni en volant point, on respecte le Droit de propriété privée et le libre échange.

Dans les définitions citées précédemment le capitalisme s'attache à respecter le Droit de propriété privée, le libre échange et le libre commerce.

Respecter aux mieux ces principes entrainent de facto un système capitaliste. L'économie du libre échange.

Mais Ayn rand lui adjoint un adjectif, celui de Laissez-faire. En effet on parle de différents types de capitalisme, celui d'Etat, de type mixte, etc...Elle, parle d'un capitalisme où aucun individu n'est soumis à aucune contrainte, où le droit à la vie et son corollaire sur terre le Droit de propriété privée est un absolu inviolable.
D'ailleurs capitalisme de Laissez-faire est une expression redondante, car si on se réfère aux définitions (très imparfaites au demeurant), le capitalisme est intrinsèquement lié au Droits de propriété privée donc au respect de l'individu. Les autres formes de capitalisme ne sont que des formes perverties mélangeant liberté et coercition (comme le nôtre).

Et Bastiat disait " ll est deux principes qu'on ne saurait concilier: la Liberté et la Contrainte".

En fait, mon titre est trompeur, il n'y a pas une éthique particulière au capitalisme qui serait incompatible avec d'autres éthiques.

Le capitalisme est la conséquence de l'éthique universelle, celle des Droits de l'homme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire